Ce que je laisse de moi

Autour de ma bulle

Mon rôle de mère, le quotidien et les difficultés

Au premier battement de cœur il y a  les sentiments qui chavirent et la responsabilité naissante qui t’explore au visage.


Ce que je suis contribuera à ce qu’elles vont devenir.

Ce que je suis ne sera pas ce qu’elles seront mais impactera toute leurs vies , toutes leurs émotions.
De mes gestes tendres à mes mots d’amour, des petits mots que j’écris pour plus tard aux quelques fragments de vies que je leur enseignent .

Intense responsabilité.
Mais il y a aussi mes colères, mes pleurs, ma fatigue , celle d’un être humain avec des jours sans, mes mots et parfois je lis sur leurs visages qu’elles ne prennent pas de moi que ce que je voudrais mais aussi ce que je leur impose.
Le coup au cœur.
On a beau se savoir responsable, peser le bien et le mal autant que le pour et contre, les faits sont là mes imperfections et mes mauvais jours aussi à travers les yeux de mes enfants.
On a beau savoir qu’il faut faire bien , qu’il faut faire par amour , il y a ces fameux  « jours sans » et ces deux petites éponges qui absorbent aussi d’autres choses que la « vie paillettes ».
Alors quoi faire , est-il encore trop tard après l’orage, cela peut il être rattrapé?

Demain il y aura d’autres tempêtes, d’autres choses négatives au milieu du meilleur et j’ai beau savoir , j’ai beau filtrer mes filles entendant , mes filles voient ,mes filles ressentent, mes filles deviennent.

Le coup au cœur c’est de se rendre compte que ma responsabilité de mère ne se limite pas à les protéger au mieux de la vie, au mieux des autres mais aussi du mieux que je peux du pire de moi. Savoir se taire quand elles sont là , savoir se retenir de crier même quand elles font des bêtises, être plus positive .

Voir plus loin que le bout de ma colère fugace et passagère mais si lourde de sens , si lourde de responsabilité.
Avant de penser à l’empreinte carbone que je laisse à la planète je crois qu’il est grand temps que je pense à l’empreinte d’amour que je laisse de moi , à elle. Ce qu’elle restera de moi après , plus tard, un jour.
Je sais qu’elles se souviendront des danses endiablées dans le salon , des petits mots sous l’oreiller avec des cœur, des livres dévorés jusqu’à pas d’heures et des coquillages que l’on ramasse dans le sable. Je sais qu’elles se souviendront autant du bonheur de notre vie, des larmes d’amour et de mon regard bienveillant sur leur progrès et leurs rires. De mes mots d’encouragement et de toutes ces fois ou il y aura ma main quand elles en auront besoin.

Oui c’est juste ça que je voudrais leur laisser, pas l’autre pire de moi.
Être mère et apprendre à prendre sur soi.

Être mère et apprendre à voir plus loin que le bout de soi.

 

Pas si facile…

 

Source images: https://www.pexels.com/search/family/

One thought on “Ce que je laisse de moi”

  1. Hélène - septembre 24, 2015 9:17

    Bonjour,

    C’est un très bel article, c’est sûr qu’en tant que maman il faut apprendre à prendre sur soi et épargner nos enfants des maux du quotidien. Il faut que leur enfance se déroule bien, sans tracas ou soucis, mais d’un côté il ne faut pas le mettre trop longtemps dans une bulle sinon ils risqueraient de tomber de haut en grandissant. Pas facile de trouver le juste milieu :/ Mais d’un autre côté, le sentiment d’être mère et avoir cette responsabilité, c’est un des plus beaux rôles qu’on puisse avoir 🙂 Bon courage !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *